Les appels à la mobilisation lancés dans toute la France peuvent entrainer des perturbations dans la livraison de vos colis. Nous vous remercions de votre compréhension.

Denovo - créateur de soins authentiques
Greenlife   /   Focus ingrédient   /   Salle de bain   /   Denovo live  /  Rencontre

 

L'alcool dans les cosmétiques : vérités et idées reçues


Ce billet m'a été suggéré par de nombreuses personnes, parfois par e-mail de la part de consommatrices, de même que je vois souvent la question revenir  encore et encore quand on évoque une marque utilisant de l'alcool dans ses formules.


A priori, tout le monde s'entend pour dire que l'alcool dans les cosmétiques, mieux vaut s'en passer, ça assèche la peau ou les cheveux, c'est un ingrédient à éviter à tout prix.

 

Si la question revient si souvent, c'est aussi parce qu'il y a un paradoxe. Du fait que plusieurs marques de cosmétique naturelle utilisent de l'alcool dans leurs formules, le doute subsiste : l'alcool dans les cosmétiques est-il à fuir absolument ou pas ? est-il nocif ? quels sont ses effets dans un produit ? Et pourquoi s'il est nocif, des marques naturelles l'utilisent-elles couramment ? Certaines s'en justifient d'ailleurs en indiquant sa totale innocuité et son absence d'effets indésirables sous certaines conditions.

Je vous propose de faire le tour de la question, sans langue de bois (vous le savez maintenant) et vous verrez que c'est probablement  très peu conforme à ce qu'on entend sur le sujet !

Il y a alcool et alcool !

Dans ce contexte, on parle bien entendu de l'éthanol ou alcool éthylique qui est un liquide aussi transparent que de l'eau, volatile et inflammable. Cette précision est utile, car des alcools il y en a plusieurs sortes se présentant rarement sous la même forme.  L'alcool éthylique peut être ingéré quand il est pur, dans les boissons alcoolisées notamment, avec les effets qu'on connait.

alcool

Pour un usage désinfectant (alcool de pharmacie), il est le plus souvent "dénaturé" (rendu impropre à la consommation) par ajout de Méthanol ou alcool méthylique,  un autre alcool, très toxique celui-là quand il est ingéré. Il est d'ailleurs quasiment impossible en France de trouver de l’alcool éthylique pur en vente libre. Sa vente est en effet strictement réglementée pour diverses raisons plus ou moins farfelues... vaste débat que je n'évoquerai pas ici ! L'alcool dénaturé se retrouve dans les cosmétiques sous l’appellation INCI Alcohol denat (pour dénaturé).

Certains alcools se présentent aussi sous forme de cire en vermicelles ou en billes, ce sont les alcools gras qui n'ont rien à voir avec l'alcool éthylique et qu'on retrouve sous les noms Cetyl, CetearylStearyl ou encore Behenyl alcohol.

De la même façon que l'acide oléique (ou Oméga 9), acide gras de certaines huiles ne ressemble pas du tout à l'acide sulfurique contenu dans des batteries de voiture, les alcool gras n'ont absolument rien à voir avec l'alcool éthylique, ni par l'aspect, ni par les propriétés.

Les alcool gras sont des substances cireuses grasses qui ont des propriétés remarquables en cosmétique, notamment filmogenes, émollientes, hydratantes, adoucissantes et protectrices. Non toxiques et non irritants, ce sont des ingrédients bénéfiques pour le soin de la peau et des cheveux.

Pour en revenir à l'alcool éthylique, il peut être d'origine végétale (et donc parfois bio), obtenu par fermentation de certains fruits ou céréales mais aussi d'origine synthétique à partir d'éthylène, un gaz très réactif.

Quels sont ses effets ?

Je vous passe les détails sur ses effets récréatifs ou toxiques quand il est ingéré, là n'étant pas le propos, ni ma spécialité.

Pour ce qui nous intéresse, l'alcool éthylique est antiseptique, antibactérien et dégraissant.

Sur les 2 premiers points, pas de polémique, mais c'est sur le 3ème point que se portent toutes les accusations, ce fameux effet dégraissant ou délipidant de l'alcool.

Car on imagine aisément qu'un produit capable d'éliminer entièrement la protection naturelle (le fameux film hydrolipidique ou sébum) de la peau (ou des cheveux), puisse être asséchant voire irritant (les 2 étant liés).

Et ce point "asséchant/irritant" est important, car l'alcool éthylique -contrairement à d'autres substances tel le Sodium Laureth Sulfate- n'est pas irritant de nature, il l'est de par son effet délipidant, et cette différence est essentielle !

L’alcool éthylique est donc indéniablement asséchant mais n'est pas considéré comme une substance irritante.

Pourquoi est-il utilisé dans les cosmétiques ?

On retrouve l'alcool dans les cosmétiques pour 5 raisons :

  • Son effet volatil : il est ainsi couramment utilisé dans les produits capillaires de type gels ou mousses coiffantes car il se volatilise à l'application du produit, ce qui accélère le séchage du produit sur les cheveux et permet de fixer ainsi la coiffure. C'est donc ici un ingrédient de "confort" qui facilite l'utilisation du produit et sa praticité. Cet effet volatil permet aussi d'apporter une sensation de fraîcheur à l'application du produit (comme dans les after-shave ou les déodorants).
  • Son effet antibactérien : c'est là la principale utilisation du côté de certaines marques naturelles, car combiné à certaines autres substances (comme les huiles essentielles), l'alcool éthylique permet de se passer entièrement de conservateur dans un produit.
  • Son effet antiseptique : largement utilisé dans les produits de désinfection des mains par exemple, il stérilise le support sur lequel il est appliqué et est de fait un antiseptique très efficace.
  • Son effet solvant : Au même titre que l'eau, qui est le solvant le plus courant et le plus largement utilisé en cosmétique, l'alcool est capable d'extraire ou de dissoudre certaines substances, propriété utilisée notamment pour la préparation de teintures alcooliques, de parfums ou d'extraits de plantes utilisées dans certains produits.
  • Son effet astringent du à son pouvoir délipidant qui ravit (à court terme) les peaux grasses. On sait désormais que cet effet conduit à un cercle vicieux et que même une peau grasse ne doit pas être délipidée et au contraire hydratée et nettoyée avec douceur.

Alors, desséchant ou pas ?

Concernant  son effet asséchant et c'est là le point qui revient le plus souvent, on vous dira que l'alcool n'est pas desséchant car il n'est jamais utilisé pur (c'est à dire à 100% dans un produit). Mais ce point n'est pas un argument valable, étant donné qu'aucun excipient ni additif n'est utilisé à hauteur de 100% dans un produit, c'est donc un peu comme l'affaire du dodo ça !

De l'alcool dans de l'eau sans autre ajout est desséchant, c'est indéniable (les lotions ou toniques à l'alcool, c'est le pire).

Par contre, il est tout à fait valable de dire que ses effets asséchants peuvent être corrigés en orientant la formule dans ce sens.

Pour visualiser cette éventualité, imaginez que vous mettiez du jus de citron dans un cuillère d'eau : l'eau sera acide et assez difficile à avaler sans grimace. Maintenant, si vous mettez du jus de citron dans une cuillère de miel, l'acidité sera nettement atténuée et vous pourrez probablement l'avaler sans sourciller.

C'est exactement ce qui se passe avec l'alcool : en rajoutant des substances surgraissantes judicieusement choisies et en contrôlant rigoureusement les proportions d'alcool et de ces substances surgraissantes, on peut atteindre un certain équilibre qui annulera l'effet asséchant de l'alcool.

Il est utile de préciser que cette "gymnastique formulatoire" est valable dans le cas d'une émulsion (crème, lait) et pas du tout dans le cas d'un produit entièrement ou partiellement aqueux (gel capillaire, mousses coiffantes par exemple).

Il est utile de préciser également que quand il sert de conservateur, l'alcool est utilisé à hauteur de 10 à 15% environ. Pourcentage qui peut monter à 20 ou 50% quand il sert d'agent volatil ou antiseptique (comme dans les gels capillaires ou dans les gels hydroalcooliques pour les mains par exemple).

Dernière précision importante, de 2 produits contenant de l'alcool, il est toujours préférable de choisir celui qui contiendra de l'alcool éthylique si possible d'origine végétale plutôt que celui contenant de l'alcool dénaturé (Alcohol denat). Ce dernier, on l'a vu plus haut, étant souvent dénaturé au Méthanol ou avec d'autres substances toxiques et/ou polluantes.

Alors on fait quoi ?

D'un côté on l'a vu, on peut contourner l'effet désséchant de l'alcool dans certains produits, qui ne diffèreront donc pas des produits équivalents sans alcool. Tout dépend de l'éthique de la marque, de son expérience et de la confiance qu'on peut accorder à la qualité de sa formulation.

 

L'argument de se passer de conservateur synthétique en utilisant de l'alcool dans une certaine mesure et en orientant la formule pour pallier ses effets asséchants se vaut.

Ce n'est personnellement pas ma philosophie ni ma vision de la formulation moderne, mais je dois admettre qu'il est valable.

Encore faut-il que la formulation soit correcte et pour le vérifier, il n'y a qu'un test prolongé du produit en question pour le savoir. Sachant qu'un produit peut aussi très bien assécher la peau pour d'autres raisons (formule non adaptée) que pour la présence d'alcool, difficile donc de faire clairement la part des choses.

On aura donc tendance dans le doute à éviter le produit dès qu'il contient de l'alcool.

En conclusion sur l'alcool dans les cosmétiques

Je dirais que si vous avez confiance en l'éthique de la marque, en sa formulation, que la marque est connue pour ses compositions clean et sa démarche naturelle réelle, alors vous ne risquez pas grand chose à tester le produit. Il y a de grandes chances pour qu'il soit correct et vous pourriez être agréablement surpris !

Quant aux produits contenant des extraits de plantes et affichant "alcool" en moindre proportion (dans les derniers ingrédients de l'INCI), c'est généralement que l'alcool sert de solvant pour les extraits végétaux et ne peut, dans ces proportions être asséchant.

Par contre, s'il s'agit d'une marque utilisant couramment des substances toxiques, polluantes, qui utilise l'alcool par "confort" par exemple pour son effet volatil dans un gel capillaire et qu'il s'agit en plus d'alcohol denat, alors il est probable que des efforts de formulation pour pallier l'assèchement, la volonté de choisir un autre ingrédient de confort ou encore l'éthique d'utiliser de l'alcool de bonne qualité non dénaturé est absente.

Si tous les efforts (confiance, achat, test du produit) sont à supporter uniquement par le consommateur, alors que la marque n'en fait aucun, le jeu n'en vaut pas la chandelle !

En définitive, l'alcool oui, mais ! Tout dépend de la formule, de son pourcentage et de sa nature. De l'éthique de la marque en question aussi.

EnregistrerEnregistrer

Partager
10 commentaires Laisser un commentaire
RépondrePauline - 05/09/2019

Bonjour,
Et un grand merci pour cet article que je relis régulièrement!
J'ai une question aujourd'hui svp: est-ce que l'alcool issus d'un extrait hydroalcoolique d'une plante fraîche incorporé dans une crème peut être photosensibilisant?
Et comment le reconnaître dans l'INCI? Par alcool? Alcohol?
Merci encore!!
RépondreMarie - 11/09/2017

Bonjour,

J'adore vos articles Alice, j'en ai lu certains deux ou trois fois tellement ils sont devenus une bible pour moi. C'est tellement bien expliqué et par une personne qui s'y connait vraiment (pas comme les blogueuses beauté même si leurs avis sont très utiles). J'ai commencé une nouvelle routine capillaire sans sulfates et sans silicones depuis 3 mois. C'est vraiment difficile de trouver un shampoing sans aucun ingrédient gênant dans la formule. Par exemple en ce moment j’utilise le shampoing Santé qui est très bien mais l'alcool est 3ème position dans la liste INCI et j'ai peur que mes cheveux déjà très gras le devienne encore plus si je continue avec ce shampoing. Le prochain sur ma liste est un shampoing Urtekram mais même s'il a une composition qui semble pas mal, j'y trouve en 4ème position du Sodium Coco Sulfate qui reste un sulfate. Bref, tout ça pour dire quand est-ce que DeNovo lance son shampoing pour que l'on puisse enfin se laver les cheveux les yeux fermés ?
Surtout continuez votre travail, j'ai hâte que la gamme s'élargisse !
Répondreyoussouf - 01/04/2017

bonsoir

Je ne sais pas si vous avez des éléments de réponse à ma question.


Est-ce que l'alcool denat est enivrant si on en consommait en grande quantité ?
a-t-il les mêmes propriétés enivrantes que l'alcool que l'on consomme ??

Cordialement.
RépondreEsther - 30/03/2015

Bonjour, je vois que vous avez une grande avance sur moi pour les cosmétiques maison. Pensez-vous que je puisse utiliser les alcool gras comme conservateurs et à quelle proportion? Et comment créer un sérum? Pour favoriser la pénétration de certains actifs je comptais dissoudre de l’huile de ricin et du beurre de coco extra vierge dans un peu d’alcool, sinon ça fait poisseux avec mes cheveux. Merci.
Répondrekinaza - 07/01/2014

Je viens de découvrir votre site et je suis entrain de le dévorer. J’aime beaucoup votre objectivité et vos analyses bien détaillées faciles à comprendre. J’espère que vous allez continuer à l’alimenter.
Alice Roux - 21/05/2014

Merci pour votre commentaire Kiniza, oui le blog est parti pour continuer, car il est utile à beaucoup et les articles très appréciés !

Bien à vous,
Alice.
RépondreEmma Scara - 08/05/2013

Vraiment, j’en apprends tous les jours avec ton blog, je suis ravie. En plus d’avoir les connaissances, tu expliques de façon très pédagogique si je puis dire :)
Alice Roux - 09/05/2013

Merci de m’avoir rendu visite :-)

A bientôt !
RépondreAdansoniae - 08/05/2013

Vraiment, j’en apprends tous les jours avec ton blog, je suis ravie. En plus d’avoir les connaissances, tu expliques de façon très pédagogique si je puis dire :)
Alice Roux - 09/05/2013

Merci pour ton commentaire Adansoniae ! Et ravie d’entendre que les articles t’éclairent :)
A bientôt !
Votre commentaire a bien été posté, merci pour votre contribution !

 

Crème lactée

 

LA CRÈME LACTÉE

 

Enfin de retour sur l'e-shop !

 

JE DÉCOUVRE >