EN JUILLET, RECEVEZ VOTRE FOUTA DÈS 50€ D'ACHAT      J'EN PROFITE !

Denovo - créateur de soins authentiques
Greenlife   /   Focus ingrédient   /   Salle de bain   /   Denovo live  /  Rencontre

 

On a lu Le Charme discret de L'Intestin, voilà ce que nous en avons retenu

Vous avez sûrement déjà croisé cette couverture bleue ou entendu parler de ce fameux “livre sur l’intestin”, bestseller inattendu de ce printemps qui remet notre système digestif sous les projecteurs. Écrit par une jeune doctorante allemande qui a soigné ses problèmes de peau en changeant son alimentation, cet essai nous décrit de façon accessible tout ce que la science est en train de découvrir sur notre ventre. Un peu comme si une copine biologiste vous expliquait ses dernières recherches pendant un dîner, et c’est passionnant !

Comme on aime cette démarche, celle de passer derrière les idées toutes faites pour comprendre les vrais ressorts de notre bien-être, on avait envie de vous partager ce que nous en avons retenu, et que ça vous donne envie d’en savoir plus...

Le système digestif, bien plus qu’un réservoir de carburant

L’axe digestif, qui commence dès notre bouche, est un des trois grands réseaux qui structurent nos fonctions vitales (avec le système sanguin et le système nerveux). Il transforme ce que nous ingurgitons en source d’énergie et en toutes sortes de nutriments et vitamines qui assurent le bon fonctionnement de notre organisme. Il est la plus importante porte d’entrée de notre corps avec le monde qui nous entoure (bon et mauvais), et une des grandes surprises du livre est à quel point il influe sur des phénomènes qui dépasse largement la digestion difficile...

"...la plus importante porte d’entrée de notre corps avec le monde qui nous entoure, bon et mauvais..."

Par le sang tout d’abord, qui permet de faire circuler dans l’organisme les bons nutriments transformés par l’intestin. Mais ce canal de communication express peut aussi laisser passer certains intrus, s’il n’arrive plus à les filtrer. C’est ainsi que naissent le cholestérol et le diabète, mais aussi des phénomènes moins évident, comme un excès d’acides gras qui peuvent voyager jusque dans l’épiderme et causer des imperfections, ou que certains aliments donnent des odeurs corporelles… surprenantes ! Pas de panique, un système digestif sain filtre sans problème un régime équilibré (et des petits excès de temps en temps) mais il est bon de savoir que ce que l’on mange peut voyager dans tout notre organisme. De la même façon, les composants d’un produits de soin peuvent pénétrer notre système sanguin par les vaisseaux qui irriguent le derme et se promener dans notre corps, ce qui soulève de nombreuses questions sur l’utilisation d’ingrédients dont les effets ne sont pas encore bien connus.  

Un autre aspect, moins évident mais pas si surprenant, est son influence sur notre cerveau, nos sensations et même nos émotions. Tout notre système digestif est recouvert d’une centaine de millions de cellules nerveuses reliées directement au cerveau, et plus particulièrement aux régions responsables de la perception du “moi”, de la gestion des sentiments, de la peur, de la mémoire et la moralité. On comprend mieux pourquoi certaines intuitions sont ressenties “avec nos tripes”, pourquoi le sentiment amoureux nous donne “des papillons dans le ventre”, ou pourquoi certains chocs émotionnels nous donnent envie de vomir. Mais la relation fonctionne aussi dans l’autre sens, et certains phénomènes liés à notre digestion (la création de certaines molécules lors de la transformation des aliments, des stress générés sur les cellules de l’intestin) vont actionner ces nerfs et générer des sensations qu’on ne relie pas forcément à notre estomac. On sait par exemple que la digestion de certains acides gras va encourager la sécrétion de dopamine (l’hormone du plaisir): vous avez la réponse au fameux dilemme “pourquoi ce qui est gras est-il si bon ?”. De même, certaines intolérances peuvent bloquer la sécrétion de sérotonine (l’hormone du bonheur) et l’on s’intéresse même au système digestif pour expliquer certains troubles psychologiques profonds comme la dépression. C’est en prenant conscience de ce rôle si riche et complexe joué par notre système digestif que l’on comprend pourquoi notre bien-être est autant lié à ce qu’il y a dans nos assiettes, et comment nous pouvons aussi agir dessus !

Un équilibre qui dépend de nombreux facteurs !

Pour Giulia Enders, le présupposé de base est le suivant: la plupart d’entre nous sont faits pour manger de tout, dans des quantités équilibrées et surtout de bonne qualité. Mais cet équilibre est variable chez chacun, et savoir ÉCOUTER son corps pour trouver SON régime adapté est le grand enseignement du livre. Vu le rôle de l’intestin dans notre corps, les bienfaits peuvent être nombreux et inattendus (meilleur(e) forme, sommeil, concentration, moral, peau…)

"savoir écouter son corps pour trouver son régime adapté est le grand enseignement du livre."

Si l’architecture est la même, chaque système digestif est unique, et capable de digérer plus ou moins bien certains aliments. Cela est lié tout d’abord à notre patrimoine génétique, qui détermine la “qualité” des cellules de notre système digestif (notamment leur porosité) ou notre capacité à produire plus ou moins facilement les enzymes qui vont transformer les différents aliments que nous mangeons, mais pas que !   Notre mode de vie influe aussi sur les centaines de millions de bactéries qui forment notre flore intestinale, et qui s’occupent de ce que notre organisme ne sait pas assimiler seul. Véritable petite armée dans notre intestin, chacune de ces bactérie est spécialisée dans la chasse aux intrus, ou au contraire dans les traitements des bons nutriments que notre organisme ne sait pas transformer pour en tirer tous les bienfaits. Ca commence dès la naissance, où l’on hérite de la collection de bactéries de sa mère lors d’une naissance par “voie naturelle” (ce qui explique notamment que les bébés nés par césarienne, qui ne bénéficient pas de ce contact, ont une plus forte probabilité d'avoir certaines allergies), et continue tout au long de la vie en fonction de ce que l’on mange ou de tout ce qui se retrouve en contact avec notre bouche (notamment par les mains). Cette collection de bactéries intestinales nous permet d’être plus résistant et de tirer tous les bienfaits de notre alimentation, et il faut la bichonner !   

Le charme discret de l'intestin

Les aliments dits “probiotiques” (riches en bonnes bactéries, souvent parce qu’ils sont fermentés) comme le yaourt, la choucroute, le kim chi coréen ou le miso vont entretenir cette collection bactérienne. De même, si les aliments à fibres “prébiotiques” (ail, poireaux, asperges, banane, tomate pour citer les plus connus) sont si valorisés, c’est que ces fameuses fibres sont la nourriture idéale pour nos bactéries, qui sont en pleine forme pour s’occuper de ce que notre corps ne sait pas digérer. Inversement, carton jaune pour les antibiotiques ! Si il reste un remède indispensable pour les grosses infections bactériennes, ils peuvent aussi détruire une bonne partie des bonnes bactéries et affaiblir notre système digestif… A réserver aux cas réellement concernés donc !

Les intolérances, info ou intox ?

Info, mais sans céder à la paranoïa ! Si il ne faut pas se jeter à corps perdu dans un régime sans gluten-sans lactose-sans viande rouge par effet de mode, on peut sans le savoir être sujet à certaines intolérances, qui peuvent générer des petits désagréments pas toujours bien compris. Certaines sont de plus en plus courantes car, du gluten au lactose en passant par le fructose (pour citer les plus courantes), certains ingrédients pas toujours bien assimilées par l’organisme ont pris bcp de place dans l’alimentation moderne. Elles se retrouvent directement (préparation industrielle) ou indirectement (par la nourriture des animaux d’élevage ou le traitement des plantations) en quantités importantes dans nos assiettes. Certains systèmes digestifs peuvent se retrouver dépassés et se manifester par différents symptômes, du trouble digestif à une fatigue marquée, un sommeil perturbé, un manque de concentration, des imperfections cutanées...

Concrètement, qu’est-ce qu’on fait ?

Pas de quoi paniquer pour autant, chez la plupart d’entre nous, un régime équilibré reste bien assimilé, mais si vous ne vous sentez pas toujours au sommet de votre forme sans savoir pourquoi, des petites expériences peuvent être intéressantes ! Si l’on a un doute sur une intolérance (par exemple parce qu’on sent que la digestion est souvent difficile après un aliment particulier), on supprime le sujet de l’expérience de notre régime alimentaire pendant environ un mois (sans rien modifier d’autre à son mode de vie) et on écoute son corps de façon objective.  Si on se sent en meilleure forme, cela peut être le signe d’une intolérance, et il peut valoir le coup de chercher des solutions pour supprimer ou remplacer le coupable par d’autres aliments ayant les mêmes bienfaits. C’est comme ça que Novak Djokovic a supprimé le gluten de son alimentation, et est devenu n°1 mondial de tennis ! Hasard ? peut-être… mais selon le principal intéressé, le lien est clair. Si rien ne change, aucune raison de se priver inutilement et il vaut mieux bénéficier des bienfaits d’une alimentation équilibrée !   

Enfin, que nos amis vegans se rassurent. Si un régime équilibré est celui qui fournit tous les nutriments dont le corps a besoin pour fonctionner, il est toujours possible de trouver des solutions pour vivre ses convictions en bonne santé, tout est une question d’équilibre. Les bienfait du tofu, du tempeh et des légumineuses (pois chiches, lentilles et haricotes), très riches en protéines, permettent d’apporter à l’organisme la majorité des protéines dont il a besoin sans consommer de viande.

D’autres petits ah-ahs, notés au détour de notre lecture :

  • Le mythe petit tabouret pour bien aller au toilette, c’est vrai ! Le but est de recréer la position accroupie (la même que celle des toilettes à la turque), dont l’angle optimal permet de relâcher un muscle qui enserre le colon et donc tout vider de façon rapide et efficace. Le message est passé :).
  • Le gingembre est un remède naturel très efficace contre le mal des transports et le mal de mer, ainsi que le vomissements ! Des substances contenues dans ses rhizomes (le vrai, pas les arômes synthétiques) permettent de bloquer le centre du vomissement, et donc l’envie de vomir.
  • En cas de troubles digestif et de ballonnements, s’allonger le flan gauche peut offrir un peu de répit. De par la forme de l’estomac, cela permet de relâcher la pression qui pèse sur lui pour l’aider à se concentrer sur la digestion difficile.
  • La nuit, on a mauvaise haleine (et des poches sous les yeux), car l’organisme tourne au ralenti. Dans la bouche, la sécrétion de salive est ralentie, et les mauvaises bactéries responsables de la mauvaise haleine peuvent prospérer en paix. Commencer la journée par un grand verre d’eau pour remettre en marche le système digestif (et la sécrétion de salive) est un bon reflexe. De même, le circuit lymphatique - un réseau parallèle au système sanguin, mais dont la circulation ne se fait que grâce à la gravité et nos mouvements - ne tourne plus, et une partie se retrouve coincée dans notre visage et sous nos paupières. La technique: dormir avec une inclinaison de 30°, qui permet de minimiser la stagnation de lymphe dans le visage...

"Comprendre et faire les bons choix pour SON organisme !"

Vous l’aurez compris, on vous recommande chaudement la lecture de ce petit ovni, qui montre à quel point la nature fait bien les choses ! N’attendez pas pour autant de conseil miracle ou de recette à suivre au pied de la lettre: le régime idéal absolu n’existe pas. Tous nos systèmes digestifs  sont différents, influencés par notre patrimoine génétique, notre régime alimentaire et toutes les rencontres que nous avons faites (et par lesquelles nous avons échangées des bactéries). L’objectif de Giulia est de nous donner les clés pour comprendre et faire les bons choix pour NOTRE organisme.  Un peu comme en beauté, où chaque peau est différente (et changeante) et où comprendre sa peau et la connaître est la clé pour construire SA routine idéale.

EnregistrerEnregistrer

Partager
4 commentaires Laisser un commentaire
RépondreSandrine - 19/08/2016

Quand vous dites de dormir avec une inclinaison de 30°
est ce à dire qu’il faudrait surélever le lit au niveau de la tête ou des pieds… ?
Merci !
Grégoire - 19/08/2016

Bonjour Sandrine,
C’est la tête que l’auteur recommande de surélever (pour limiter la stagnation de lymphe dans le visage) :)

Grégoire
RépondreKatia - 19/06/2016

Merci Alice pour ce petit résumé sur cet excellent livre.
Juste une petite remarque: l’épiderme n’est pas vascularisé.
Bonne journée.
Grégoire - 19/08/2016

Bonjour Katia, effectivement petite erreur de ma part, il y a une coquille (on parle bien ici du derme :))
La correction est faite, et merci pour votre oeil de lynx !

Grégoire
Votre commentaire a bien été posté, merci pour votre contribution !