NOUVEAU ! LE PLEIN D'HYDRATATION AVEC NOS CRÈMES DE JOUR DIVINES ! DÉCOUVRIR >>>

Denovo - créateur de soins authentiques
Greenlife   /   Focus ingrédient   /   Salle de bain   /   Denovo live  /  Rencontre

 

Dossier spécial : le cheveu est mort, vive le cheveu !

 


Dans le domaine du soin capillaire, rien ne saurait mieux convenir comme titre que ce "snowclone" qui reprend l'expression traditionnelle "Le roi est mort, vive le roi" pour jeter la lumière sur un fait irréfutable :

La tige du cheveu (toute la partie visible en dehors du bulbe sous la peau) est une matière morte.


Voilà là une réponse cinglante qui jaillit souvent tel un retour de bâton justicier dès lors qu'un pauvre diable (au hasard une marque) a le malheur de parler d'hydratation, de nutrition, de dévitalisation ou de réparation quand il parle du cheveu. Mais voici un autre fait irréfutable que nous avons toutes constaté à un moment ou à un autre dans notre salle de bain ou chez le coiffeur :

  • La tige du cheveu est une matière vivante qui réagit chimiquement ou mécaniquement aux produits qu'on y applique.

Maintenant que nous avons posé les bases de ce paradoxe, voyons maintenant ce qu'il en est de ces 2 faits contradictoires. Et c'est là que vous allez voir qu'il y a ce que dit la science (et surtout son interprétation par le commun des mortels que nous sommes) et ce qu'il en est dans la vraie vie (et surtout son interprétation sur la personne du commun des mortels que nous sommes). Car il y a bien longtemps que nous avons toutes constaté et sans avoir à ouvrir une encyclopédie scientifique, que certains produits nous rendent les cheveux beaux, brillants, souples et d'autres moches, ternes et rêches. Tous morts qu'ils sont, nos cheveux réagissent donc en bien ou en mal à ce que nous leur faisons. Pour des cadavres sans vie, moi je dis chapeau ! Voilà.

Le cheveu est une matière morte : vrai

Eh bien oui c'est vrai. La tige du cheveu telle que nous la connaissons est un amoncellement de cellules kératinisées les unes sur les autres à la façon des tuiles d'un toit, qui forme une tige continue. Vous en prenez 100 000 à 200 000 comme ça, selon que vous êtes blonde, rousse ou brune et ça fait une chevelure. Le cheveu est donc une matière morte. Oui, absolument vrai. Et il est absolument vrai aussi que savoir que le cheveu est mort ne nous sert que dans un cours de biologie. Parce que je dois vous avouer que je sais aussi que les tiges jaunies et sèches de mon jasmin sont mortes. Comme mes cheveux. Et que sachant cela, je coupe très souvent les tiges mortes de mon jasmin. Et que sachant cela encore, je ne me suis jamais réveillée en panique en me disant : "mon dieu, mes cheveux sont une matière morte, quelle horreur vite une tondeuse". Non. Je trouve qu'en ce moment ils se portent plutôt bien, ils se laissent coiffer sagement, sont brillants, souples. Pas aussi longs que je voudrais mais là est une autre question (c'est encore la faute au cheveu vivant sous mon crâne ça). Non sérieusement, savoir que le cheveu est une matière morte ne m'a pas encore poussé à les enterrer dès qu'ils sortent de mon crâne, bien au contraire. Tous morts qu'ils sont, je les soigne et ils me le rendent bien. Voilà qui va nous emmener à un autre point très controversé : le cheveu étant une matière morte, comment peut-on oser parler de SOIN ? d'HYDRATATION ? de NUTRITION ? de REVITALISATION ? Un miracle ? non.

Car le cheveu est une matière vivante : vrai aussi

Eh bien oui, c'est vrai aussi. Certes le cheveu n'est pas animé d'une énergie propre qui lui permette de danser tout seul en pleine nuit (quoique)... de se dresser tout seul en pleine rue (quoique). Mais non. Dire que le cheveu est vivant, c'est simplement reconnaître qu'il puisse être abîmé ou non, brillant ou non, vigoureux ou mou, fragile ou solide, doux ou rêche. Dire que le cheveu peut être hydraté, nourri, revitalisé, c'est reconnaître que quand on fait un bon bain d'huile, le cheveu en ressort brillants et moins sec. Que quand on a du mal à démêler ses cheveux sous la douche, on y met de l'après shampoing et hop, ils sont faciles à démêler. Ou encore que quand on veut passer de brune à blonde en une fois à grand renfort de décolorant oxydé, on se retrouve avec de la paille cassante très vite. Eh bien oui, le cheveu est assez vivant pour réagir à tout ça. Le mot important ici étant "réagir". Car si le cheveu réagit à tout un tas de choses, cela veut dire qu'en observant ses réactions, nous pouvons donc le rendre plus souple, moins sec, plus brillant. Et c'est là qu'interviennent les soins, que nous ne sommes pas folles de leur prodiguer, car nous avons remarqué qu'ils changent les choses. Mais nous n'allons bien sûr pas rester sur des affirmations philosophiques ou personnelles pour affirmer que le cheveu est vivant. Il peut par contre être utile de rappeler que par vivant, nous entendons bien "capable de réagir selon un traitement". Voyons à présent ce qu'il en est au niveau physiologique.

1- Le cheveu est chargé négativement.

Le cheveu comporte une charge électrique négative. C'est ce qui explique qu'en se combinant avec un composé chargé positivement (comme les ammonium quaternaires de notre après-shampoing), il soit plus facile à démêler. Ou que le fait de les brosser sous certaines conditions avec une brosse en plastique ou de les effleurer avec un pull en acrylique les rende "électrique" ou incontrôlables. C'est également ce qui permet à certaines matières comme la kératine, les protéines de s'y accrocher durablement dans le cas d'un lissage brésilien. La charge électrique du cheveu est également plus forte quand la cuticule est altérée (quand le cheveu est abîmé donc), car les échanges électriques sont alors décuplés. Ce qui explique que plus un cheveu est abîmé, plus il est réceptif à un lissage brésilien, à un après-shampoing, à un produit à base de silicones. Ce qui explique aussi qu'un cheveu longtemps traité au henné (gainant la cuticule) devienne moins réceptif à certains types de produits (naturels ou non). Une matière qui comporte une charge réagira donc toujours chimiquement avec des produits qu'on mettra en contact avec elle. Peut importe qu'on sache qu'il soit mort physiologiquement parlant, le cheveu réagit néanmoins incessamment avec son environnement.

2- Le cheveu est perméable

Il est même poreux. Parce que les écailles du cheveu qui sont normalement bien alignées, lisses et recouvertes de sébum ne sont tout de même pas une enveloppe imperméable. Elles laissent passer l'eau (sinon on aurait jamais les cheveux mouillés) et le cheveu peut absorber jusqu'à 30% de son poids en eau !  les pigments (sinon on ne pourrait se colorer les cheveux) et les composés réactifs (comme la soude qui raidit les cheveux de façon irréversible). Il peut même être très poreux quand il est abîmé (les écailles peuvent être tordues, détériorées ou complètement détruites, ce qui rend le cheveu encore plus perméable, il sèche alors très lentement). En absorbant de l'eau, le cheveu s'étire (jusqu'à 2%) et se gonfle (jusqu'à 20%), ce qui explique qu'un cheveu mouillé soit plus fragile, car plus proche de son point de rupture. Peut importe qu'on sache qu'il soit mort physiologiquement parlant, le cheveu est capable d'absorber tout un tas de composés et de changer de structure (forme, poids, longueur, couleur, aspect) en conséquence.

3- Le cheveu est élastique

On peut réellement parler d'élasticité puisqu'un cheveu peut s'étirer jusqu'à 5% de sa longueur sous une traction, puis reprendre sa forme. Il peut même avant de rompre, s'étirer du double de sa longueur ! Cela est valable pour un cheveu sain, dont la structure chimique est intacte, la cuticule non altérée. Par ailleurs, le cheveu est capable de garder une forme donnée de façon plus ou moins longue : comme dans le cas d'un brushing ou d'une mise en pli. Peut importe qu'on sache qu'il soit mort physiologiquement parlant, le cheveu est capable de prendre une forme souhaitée puis de retrouver sa forme d'origine, d'être résistant ou cassant selon sa santé.

Il y a encore beaucoup de propriétés que l'on peut énumérer ainsi et qui prouvent que pour une matière morte, le cheveu est néanmoins bien vivant par ses réactions. Mais ces 3 caractéristiques (charge électrique, porosité et élasticité) sont largement suffisantes pour l'illustrer.

Que peut-on donc tirer comme conclusions avec ces propriétés du cheveu ?

Que le cheveu peut être hydraté (et non pas mouillé). Si par "hydratation" on entend "apporter et conserver de l'eau", alors oui, le cheveu peut être hydraté. Mieux encore, certains composés hygroscopiques permettent en conservant une infime quantité d'eau dans la cuticule, de rendre le cheveu plus souple, plus discipliné et moins cassant. C'est le rôle d'un bon produit hydratant pour les cheveux. L'un des paradoxes de cette possibilité d'hydrater un cheveu est que tout le monde semble trouver normal d'hydrater sa peau, d'utiliser des soins lissants, nourrissants sur le visage, mais pas sur les cheveux. Pourtant, force est de constater que la surface de l'épiderme est aussi une matière morte, au même titre que nos fameux cheveux morts. Si on suit donc ce raisonnement jusqu'au bout, on ne devrait utiliser aucune crème/sérum/huile/soin, ni sur la peau ni sur les cheveux (qui sont tous deux de la kératine morte) et se contenter de boire nos 2 litres d'eau par jour, et tout irait parfaitement bien. S'il est vrai que nous sommes peut nombreux à nous hydrater normalement en buvant, il est tout aussi évident qu'une crème hydratante est incontestablement bénéfique pour une peau sèche... ou des cheveux secs.

Que le cheveu peut être nourri (et non pas juste graissé en surface).

Si par "nourrir" on entend apporter du gras utile pour rendre une matière plus brillante, plus souple, moins terne, alors oui, le cheveu peut être nourri. Ne cherchons pas à savoir si le cheveu mange comme on fait un repas. Non. Tout comme le bois brut peut être nourri (et l'huile naturelle de lin nourrit mieux le bois que le pétrole pour ceux qui penseraient que nourrir veut dire graisser, silicones ou dérivés de pétrole compris), le cheveu peut être nourri. Tout comme le cuir ou encore un pull en laine, le cheveu peut être nourri. Et de préférence avec des huiles végétales et des agents relipidants naturels.

Que le cheveu peut être agressé ou soigné

Amusant de parler d'agression pour une matière morte, n'est-ce pas ? Et pourtant, qui ne connait pas les dégâts d'une décoloration ? d'un abus de fer à lisser/boucler ? de produits défrisants ? qui ne sait pas qu'un cheveu peut être sain ou abîmé ? que sa cuticule peut être bien lisse (cheveux doux) ou écaillée (cheveux rêches) ? qu'un shampoing agressif, le soleil, le chlore, l'eau de mer peut assécher les cheveux, les rendre cassants, mous, ternes ? Qu'un cheveu est souvent plus secs/abîmé/fragilisé aux pointes que sur les longueurs ? Pourtant des longueurs aux pointes, le cheveu est mort... Et on sait tous également qu'un bon masque fait du bien aux cheveux secs. Qu'il lisse les longueurs et que même s'il ne colmate pas les fourches installées, il lisse les écailles abîmées et empêche le phénomène de s'aggraver (et la protection fait partie de la réparation). Que certaines crèmes les rend plus doux. Que les brosser/peigner/démêler délicatement minimise la casse. Qu'en laissant poser son masque sous un film, il donne de meilleurs résultats. Les exemples ne manquent pas. Non on ne peut réparer un cheveu abîmé. Mais on peut minimiser les dégâts (rendre des cheveux asséchés plus doux, plus brillants, moins cassants) et empêcher ces dégâts de s'amplifier. C'est ce qu'on évoque en parlant de réparation. Ce ne sont pas des cheveux neufs, ce sont des cheveux soignés. Car entre un cheveu abîmé et un cheveu à couper et jeter, il y a un grand pas qu'il serait un peu extrême de franchir systématiquement. Qu'on se rassure, aucune de nous n'est folle quand elle enduit ses cheveux d'huile avant le shampoing. Si on le fait, c'est parce qu'on voit que cela est bénéfique. Pas besoin d'encyclopédie ni de savoir si le cheveu est mort ou vif pour cela.

Alors finalement, le cheveu est bien une matière morte. Oui, il l'est indéniablement. Et ça ne nous avance pas de le savoir et de le faire savoir. Je sais aussi que mon plan de travail en bois est mort, pourtant je le nourris un fois par an à l'huile de lin et il vieillit formidablement bien. Il brille, est lisse et soyeux (oui, j'aime le toucher). Car le cheveu étant une matière morte, il ne l'est pas au sens ou il serait à couper et à jeter systématiquement comme des tiges de plantes mortes. Car si tout le monde a cette matière morte sur la tête, on peut aisément constater que certaines ont des cheveux brillants, forts, doux et d'autres des cheveux ternes, cassants et rêches.

Certains cheveux seraient-ils alors moins "morts" que d'autres ? Non. Outre le facteur génétique dont bénéficient certaines personnes (comme avoir naturellement une belle peau), on peut aussi prendre soin de ses cheveux et en voir les résultats positifs. Oui, on peut hydrater, nourrir, revitaliser ses cheveux, tout comme on le fait avec sa peau ou son meuble en bois, son canapé en cuir. La seule limite étant celle de la cosmétique. En parlant de cosmétique, il y a bien une différence entre graisser le cheveu ou le saturer de composés cumulatifs (silicones, huiles minérales, ammoniums quaternaires ou quats) et le nourrir avec des huiles végétales, entre autres.

Il est indéniable qu'une huile végétale a l'avantage d'apporter ce pourquoi elle est appliquée, puis l'excédent rincé. Que certaines huiles sont plus adoucissantes que d'autres, plus relipidantes. Ce n'est pas le cas des huiles minérales ou des silicones, qui eux, résistent à un lavage normal, avec à terme un alourdissement de la fibre. Même constat pour les ammoniums quaternaires qui sont tellement substantifs (s'accrochent à la fibre) qu'ils peuvent s'y accumuler au fil du temps, en plus d'assécher potentiellement à long terme (étant majoritairement des tensioactifs).

La science nous dit que le cheveu est une matière morte. Elle nous dit aussi que la surface de l'épiderme est une matière morte. Dans la vie de tous les jours, nous savons pertinemment que certains produits cosmétiques nous réussissent et d'autres moins ou pas du tout. Ne restons pas naïvement sur cette affirmation scientifique qui est ce qu'elle est : une affirmation scientifique. Vraie, mais pas applicable dans la vie.

D'ailleurs même les personnes qui vous affirmeront que le cheveu est une matière morte (souvent pour vous rire au nez de faire des soins), même les scientifique qui ont découvert et intégré ce fait, ne sont pas en reste pour faire eux-mêmes des soins, des masques, choisir de bons shampoings, se coiffer les cheveux. Et si elles ne le font pas pour leurs cheveux car elles n'en ont pas envie ou besoin, elles le font au moins pour leur épiderme (qui rappelons-le est tout aussi mort).

Car tout le monde a bien compris que le cheveu est mort. Et tout le monde a bien compris aussi qu'au delà de l'affirmation scientifique, soigner ses cheveux, tous morts qu'ils sont, est bénéfique.

Le cheveu est mort, vive le cheveu !

Et ce n'est pas moi qui vous dirai le contraire.

Partager
0 commentaire Laisser un commentaire
Votre commentaire a bien été posté, merci pour votre contribution !