DÉCOUVREZ NOS OFFRES EXCLUSIVES POUR UN NOËL FÉÉRIQUE

DÉCOUVRIR

Denovo - créateur de soins authentiques
Greenlife   /   Focus ingrédient   /   Salle de bain   /   Denovo live  /  Rencontre

 

QUATS, LES NOUVEAUX SILICONES ?

Comme les silicones à leur heure de gloire, ils ne sont jamais pointés du doigt par le public qui ne soupçonne même pas leur existence.
Ils ne sont pas non plus mentionnés par les marques qui se gardent bien d'en parler et pour cause...
Polluants, irritants, non dégradables, les quats ont de quoi détourner celui qui s'y interesse de plus près.
Présentés comme les "remplaçants des silicones" ou les "silicones cachés" sans plus de détails, les quats sont pourtant encore plus problématiques que les silicones, depuis leur fabrication jusqu'à leur rejet dans la nature, en passant par notre peau...

QUATS VERSUS SILICONES ?

Il est courant de lire que les quats sont les nouveaux remplaçants des silicones.
C'est en effet la place qu'on leur attribue souvent, et particullièrement dans les produts capillaires.
Car c'est dans ce type de produit que l'on retrouve le plus de silicones et de quats.
La raison est leur affinité particulière avec le cheveu sur lequel il agissent de façon très perceptible.

Pourtant, les quats n'ont rien de nouveau et ils ont toujours été utilisés dans les formules aux côtés des silicones.
Ce qui s'est passé, c'est que l'un est aujourd'hui trop décrié et disparait donc peu à peu (les silicones), l'autre est toujours largement présent (les quats).

EXIT LES SILICONES, RESTE LES QUATS !

Tout le monde l'aura remarqué. Depuis quelques années, la majorité des marques conventionnelles adeptes de silicones en tout genre affichent désormais des compositions "sans silicones".
Si les marques naturelles et bio ont dès le départ exclu les silicones, les marques conventionnelles s'y mettent tout juste.

Qu'on ne s'y trompe pas : la démarche n'est pas éthique, mais purement commerciale. 

En effet, le grand public qui connait désormais très bien les silicones, n'en veut plus.
Les éliminer est donc devenu indispensable pour continuer à vendre des produits.

Les quats sont alors restés les seuls ingrédients problématiques encore présents dans les produits capillaires. Et sur ce point, le conventionnel comme le naturel et le bio sont concernés.

Pourtant, les quats restent encore discrets. Méconnus du public, soigneusement dissimulés par les marques, on est encore loin de voir fleurir des revendications "sans quats".
Denovo a été depuis 2013 et encore aujourd'hui, la seule marque à se positionner clairement sur les quats et à affirmer ne pas en utiliser dans ses formules actuelles ou à venir.

LES SILICONES : DÉCRIÉS MAIS PEU CONNUS

Les silicones, tout le monde en a entendu parler, mais on sait très peu à quoi ils ressemblent.
Tout ce que l'on sait, c'est qu'ils sont à peu près mauvais pour les cheveux, car trop gainants et virtuellement lustrants (effet cache-misère). On sait aussi qu'ils ne se dégradent pas dans la nature, potentiellement polluants. Qu'en est-il vraiment ?

Les silicones jouent le rôle de lubrifiants dans les produits. Moins gras et moins collants que des huiles végétales, ils sont également plus stables à la chaleur et ne rancissent pas en vieillissant.
Ce sont donc des ingrédients bon marché faciles à formuler et à conserver.

Il existe plusieurs dizaines de silicones différents. Une petite dizaine est couramment utilisée en cosmétique. Et parmi cette petite dizaine, on peut en distinguer 2 types : les silicones volatils et les silicones non volatils.
Et dans ces 2 types, on peut également ranger plusieurs silicones différents. 

OCCLUSIFS OU VOLATILS, QUELLE DIFFERENCE ?

Les silicones volatils vont apporter du glissant, un étalement et une absorption très rapides, ils diminuent également l'effet gras du produit car ils sont très fluides et peu visqueux.
Ce sont des silicones à but sensoriel, purement texturants.
On les retrouve sous les noms Cyclomethicone, Cyclopentasiloxane, Disiloxane.
Utilisés en majorité dans les produits de type spray coiffant ou les lait/crème léger sans rinçage, et dans des sérums capillaires huileux (jusqu'à 60% dans ce cas).
Ils ne sont quasiment jamais utilisés seuls et cotoient très souvent les silicones non volatils dans les formules. 

Les silicones non volatils vont apporter un côté riche sans le gras, une texture plus onctueuse, une sensation de nutrition. Ils diminuent aussi l'effet gras du produit mais en gardant sa richesse.
Moins fluides et plus visqueux, ils vont apporter de la brillance, un effet gainant fort et pour certains comme le Phenyl Trimethicone, faire barrière sur le cheveu en cas d'utilisation de chaleur (plaques lissantes).
On les retrouve sous les noms Dimethicone, Amodimethicone, Phenyl Trimethicone.
Très occlusifs, leur effet est bien perceptible à l'utilisation. Ils sont couramment utilisés dans les crèmes démêlantes, les shampoings nourrissants, les masques capillaires ou les sprays nutritifs, les produits thermo-protecteurs.

UN SILICONE RESTE UN SILICONE

La rumeur veut que les silicones volatils soient moins nocifs que les silicones non volatils, car moins occlusifs. Est-ce vraiment le cas ? Pas tout à fait. Tout dépend de quel point de vue...

Ce qu'il faut comprendre, c'est qu'un formulateur ne choisit pas un silicone en se disant : "celui-ci est trop occlusif, on va le remplacer par un silicone volatil moins nocif".

Le formulateur qui utilise des silicones ne se préoccupe pas d'avoir une formule naturelle, puisque les silicones ne sont pas des ingrédients qui ont leur place en formulation naturelle
En réalité, il va se baser uniquement sur l'effet recherché dans le produit.
De là, la présence de tel ou tel silicone.

À L'UTILISATION, IL SE PASSE QUOI ?

Avec des silicones non volatils

Les sillicones non volatils plus visqueux, sont effectivement plus occlusifs, se fixent plus fortement et durablement sur le cheveu (au point d'empêcher parfois une coloration de prendre).
Ce sont ceux qui vont avoir l'effet "cache-misère" le plus flagrant (cheveux gainés, tellement brillants qu'ils paraissent plastifiés). 
Cet effet occlusif est problématique car les silicones non volatils ne s'éliminent pas au shampooing (sauf avec un shampooing bien décapant aux sulfates et sur une utilisation longue).
Au fur et à mesure, il vont donc s'accumuler sur la fibre.
Le cheveu perd alors sa souplesse naturelle, pour ressembler à une tige rigide.
Lorsqu'on se lisse les cheveux en continu, on ne s'en rend pas forcément compte, puisqu'on va rajouter des couches bien colmatées par les plaques lissantes à chaque fois. 
Mais on voit clairement que sans lissage, les cheveux ne ressemblent à rien. Ni bouclés, ni lisses, ils sont informes, incoiffables, toujours aussi secs. Ils ont perdu leur nature propre et leur souplesse naturelle. Plus le cheveu est abîmé/fragilisé, plus les silicones vont y adhérer jusqu'à parfois, ne plus pouvoir être éliminés.

Avec des silicones volatils

Les silicones volatils sont moins occlusifs, ils s'éliminent plus facilement au lavage.
Mais leur problème va justement être leur forme volatile, en particulier lorsqu'ils sont pulvérisés. 

Ils se retrouvent en suspension dans l'air quand on se coiffe et sont donc largement inhalés.
Dans les produits corporels, il existe aussi une absorption cutanée.
De ce fait, l'usage des silicones volatils est réglementé, en raison de risque de reprotoxicité (substance présumée toxique pour la reproduction humaine). Il convient donc de se méfier des produits coiffants pulvérisables contenant des silicones volatils.

En définitive, les silicones non volatils sont des cache-misère nocifs sur les cheveux et les silicones volatils présentent un risque reprotoxique sur la santé.
Dans les deux cas, il y a un problème.
Si on rajoute leur caractère non biodégradable et la pollution des milieux aquatiques une fois rejetés dans la nature, la conlusion est que l'un et l'autre sont à éviter pour chacune de ces raisons.

ET LES QUATS ?

Les ammoniums quaternaires appelés "quats", sont des composés tensioactifs qui contrairement aux silicones qui ont une action cosmétique mécanique, vont interagir chimiquement sur le cheveu.
Ce sont des tensioactifs cationiques (ils portent une charge positive).

Les quats ont d'abord été utilisés (ils le sont toujours) comme biocides pour la désinfection, notamment en milieu hospitalier ou industriel
On les retrouve aussi dans les adoucissants pour le linge, les produits nettoyants ménagers ou encore certaines crèmes  / sprays pharmaceutiques desinfectants. Ils sont omniprésents dans tous les domaines.

On retrouve les quats sous différents noms dont les plus courants en cosmétique sont :

- Behentrimonium chloride
- Quaternium ou Polyquaternium + un chiffre
- Cocodimonium ou Laurdimonium Hydroxypropyl
- Cetrimonium chloride
- Stearamidopropyl Dimethylamine (ou Brassicamidopropyl Dimethylamine)
- Distearoylethyl Dimonium Chloride

COMMENT MARCHE UN QUAT ?

Le cheveu porte une charge négative (en particulier quand il est mouillé ou abîmé).
En appliquant un produit avec une charge positive qui se dépose sur le cheveu, celui-ci est lissé, démêlé, adouci.
Le quat fonctionne en effet comme un aimant positif, qui rencontre la charge négative du cheveu, rendant le cheveu discipliné.

Comme nous l'avons dit, les quats ont toujours été présents dans les produits capillaires.
Les silicones ont été les seuls à être pointés du doigt, ce qui a conduit à leur élimination des formules.
Les quats eux, sont toujours largement utilisés.
Contrairement aux silicones, les quats sont autant utilisés dans les formules conventionnelles que dans les formules naturelles ou bio (les labels bio interdisent les silicones mais autorisent toujours les quats).
Là encore, il s'agit de complaisance : ils sont toujours autorisés faute de mieux.
Car sans quats, pas d'effet démêlant réel, pas d'effet adoucissant / lissant comme dans les après-shampoings classiques.

QUEL EST LE PROBLÈME AVEC LES QUATS ?

Les quats sont irritants par natureLeur caractère irritant est établi car il est intrinsèque à leur statut biocide.
Les allergies dans les adoucissants pour le linge ? les quats.
Les irritations sèvères dans le domaine de l'hygiène de surface ? les quats.
Les problèmes d'acné dans le dos qui durent des années sans explication ? les quats.
Les dérèglements du cuir chevelu et ses désagréments ? les quats.

Les quats font des dégâts dans la nature.
A la production, les quats necessitent l'utilisation de produits chimiques hautement réactifs qui causent une pollution de l'air et de l'eau.
Une fois rejetés dans la nature via nos douches ou notre lessive, ils polluent les milieux aquatiques et bouleversent la biodiversité.

Responsables de désordres hormonaux chez les espèces marines dans le meilleur des cas, de mort par intoxication dans le pire des cas.

De ce fait, les quats sont des ingrédients réellement problématiques qui continuent pourtant leur petite vie dans nos produits, contrairement aux silicones qui ont quasiment disparu.

Car les fabricants n'ont pas remplacé les silicones par les quats. Ils ont toujours été là.
Ils ne sont simplement pas encore assez pointés du doigt pour que les fabricants cherchent à s'en débarrasser. 

Ne vous préoccupez pas de savoir comment les fabricants vont faire sans quats. C'est la mission des formulateurs et des marques de proposer des produits sûrs pour la santé respectant l'environnement. Trouver des alternatives propres aux quats est donc leur responabilité. 
Et cela est tout à fait possible.

Mais en tant que consommateur, lorsqu'on fait preuve de complaisance, rien n'oblige les marques à faire autrement. Si les silicones n'avaient pas été critiqués et boycottés, ils seraient encore dans tous les produts capillaires aujourd'hui. 

Ne vous y trompez plus, tout comme les silicones, une marque qui utilise des quats dans ses formules n'est pas une marque naturelle ni bio, même si elle porte un label.
Ce sont des composés qui n'ont rien à faire dans un produit naturel ou bio.

 

  

Partager
1 commentaire Laisser un commentaire
RépondreRubigny - 27/11/2021

Bonjour,

Je m’appelle Sabrina, j’ai 36 ans.

Je réside à Belleu en France et plus précisément dans les hauts-de-france.

Je suis actuellement blogueuse et micro-influenceuse sur les réseaux sociaux depuis 4 ans.

Je me permet de vous contacter après avoir consulté vos différents réseaux sociaux et également votre site internet.

Je souhaiterais savoir si une collaboration vous intéresserait.

Il est vrai que vos valeurs et votre thématique sont très proche des miennes.

Je pense donc qu’elle s’insèrerait bien dans mon feed et qu’elle plairait énormément à ma communauté.

Je vous propose un simple envoi de produits de votre part en échange de :

Stories et post Instagram à propos de votre marque sur mon compte qui a 7602 d’abonnés
Une publication facebook, parlant de vos valeurs et des produits sur mon compte qui a 12.2k d’abonnés

Cette collaboration permettrait de faire découvrir à mes abonnés vos produits et votre concept à travers un test et une présentation de ma part.

Il m'est possible de vous apporter de la publicité et de la visibilité pendant 1 mois, 2 mois et allant jusqu'à 6 mois.

Mon intérêt premier est de construire une relation durable , de confiance et de transparence lors des collaborations.

Cela vous permet d'avoir aussi des avis externes et une communauté solide.

Je me permets de vous joindre les liens de mes différents réseaux sociaux sur lesquels je travaille.

- Blog : http://saberlipopette.over-blog.com/
- Facebook : https://www.facebook.com/saberlipopette02
- Instagram :
https://www.instagram.com/saberlipopettetest/

Les marques qui m'ont fait confiance : https://www.facebook.com/saberlipopette02/photos/

Dans l’attente de votre réponse,

Cordialement,

Saberlipopettetest»
Votre commentaire a bien été posté, merci pour votre contribution !

 

 

UNE TROUSSE OFFERTE

Une jolie trousse de toilette 

en gaze de coton à pois dorés offerte dès 100 € d'achat !

J’EN PROFITE!